Peintres de Concarneau

Russie Retour à l'index

Constantin Kousnetzoff 1863-1936

Kousnetzoff

Constantin Kousnetzoff : Pêcheurs de Concarneau - 1900

 

Exposition Constantin Kousnetzoff, 1863-1936 au musée de Pont-Aven du 28 mars au 23 juin 1987 - Texte de Monique Vivier-Branthomme

Constantin Kousnetzoff est né sur les bords de la Volga, en 1863, dans le village de Jolnino, près de Nijni-Novgorov. Le contact avec l'eau est déterminant pour sa future carrière de peintre. Elle le fascine. " Peu attiré par le climat méditerranéen, contrairement à la plupart de ses compatriotes, il songe à la Bretagne. Il fait donc l'expérience de Concarneau, probablement sur les conseils de son Maître Cormon, habitué de l'endroit, qui le recommande à ses nombreux élèves. La cité, trop fréquentée ne le retiendra pas, car il est de caractère solitaire. Cependant il apprécie la qualité de la lumière et l'animation pittoresque du port. Il entreprend de multiples études, portraits, petits payssages qui aboutiront à une grande composition, longuement travaillée en atelier, exposée en 1902, sous le titre " les pêcheurs de Concarneau ". Ce premier envoi à un Salon parisien sera remarqué par la critique. Lorsqu'il retourne en Bretagne en 1906, il choisit le nord, où il reviendra régulièrement durant une vingtaine d'années, excepté un séjour en Finistère, à Kerfany, en 1921; un second séjour en Morbihan, à belle-Isle en 1923... Il peindra en Bretagne, cent cinquante marines, près de trois cents paysages campagnards, plusieurs portraits brossés en plein-air, aucun paysage urbain, aucune nature morte ".
Monique Vivier-Branthomme

"Cet homme du large, amoureux de l'univers vaste, cet homme du vent qui traduit la steppe dans l'immensité océane, Constantin Kouznetzoff a une personnalité secrète, curieuse, et qui s'affirme avec une véhéménce jaillissant de sa vision intérieure. Il vit très seul en son époque, dans une contemplation interrogative où il se teint à l'écoute de la constante respiration cosmique ".
André Marchand

Constantin Kousnetzoff was born on the edges from the Volga, in 1863, in the village of Jolnino, close to Nijni- Novgorov. The contact with water is determining for its future career of painter. It it fascine. “ Little attracted by the Mediterranean climate, contrary to the majority of its compatriots, he thinks of Brittany. It thus makes the experiment of Concarneau, probably on councils of his Cormon Master, accustomed place, which recommends it to its many pupils. The city, too attended will not retain it, because it is of solitary nature. However it assesses the quality of the light and the picturesque animation of the port. It undertakes multiple studies, portraits, small payssages which will end in a great composition, lengthily worked in workshop, exposed in 1902, under the title fishermen of Concarneau ". This first sending with the Parisian " Salon " will be noticed by criticism. When it turns over to Brittany in 1906, he chooses north, where it will return regularly during a score of years, except a stay in Finistere, in Kerfany, in 1921; a second stay in Morbihan, with Belle-Isle in 1923… He will paint in Brittany, a hundred and fifty marines nearly three hundred country landscapes, several portraits brushed in outdoors, no urban landscape, no still life ". Monique Vivier-Branthomme

This man of the open sea, in love with the vast universe, this man of the wind which translates the steppe in the vastness océan, Constantin Kouznetzoff has a personality secret, curious, and which continues with a " véhéménce " spouting out its interior vision. He very only lives in its time, in an interrogative contemplation where he is tinted with the listening of the constant cosmic breathing ".
Andre Marchand
http://kousnetzoff.online.fr/

 

Portrait de l'auteur des DVD

Haut de page
Haut de page