Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Fernand Dauchot dit Daucho 1898-1952


L'adieu aux marins 1963


Concarneau quai Est 1955


La buvette du port 1962

width="25%"


Corvée de pont 1963


Le cornemuseux 1960


apocalypse 1960


Minijupe 1966


Photo Michel Thersiquel

       

Daucho : Pont-Aven - Concarneau

C'est à partir de 1923 que Fernand Dauchot, né à Paris d'une famille d'origine belge, commence à fréquenter Pont-Aven. Il y épouse une jeune fille de Nizon en 1925. Après son installation en 1933 à Riec-sur-Belon, puis quelques absences de Bretagne, il revient à Pont-Aven où il construit sa villa "Five fingers" sur le coteau du Bourgneuf. Daucho, qui a perdu le bras gauche pendant une offensive durant la guerre 14-18, nomme ainsi, avec l'humour souvent féroce qui le caractérise, la demeure où son nouveau style va s'épanouir. "J'ai toute la comédie humaine" affirme le peintre qui a abandonné le"t' final de son patronyme pour ne pas être confondu avec le peintre Gabriel Dauchot. Après les paysages classiques de ses débuts, son œuvre décline alors, sur un mode souriant ou sarcastique, les évènements petits et grands qui marquent son actualité. La ligne droite, alliée à des segments de cercle devient dorénavant la règle maiîresse qui régit ses toiles avec un effet décoratif volontaire pour les soustraire au temporel.
La géométrisation a fait son apparition depuis longtemps dans l'art. Daucho va jusqu'au bout du choix pris en 1959, s'en tenant à une ligne de conduite irréversible. En juillet 2001, lors du vernissage à la Chap'l, Anne-Marie Mahauden, la fille du peintre, expliquait: " Mo père voulait changer de style, cela le tracassait. Homme très sensible, il a beaucoup souffert moralement et physiquement. De caractère indépendant, il fuyait la foule." Cela lui vaudra une réputation de personnage au contact difficile. Ses amis, les peintres Asselin puis Vlaminck, resteront fidèles au peintre solitaire. En 1971 il s'installe à Port-Louis et décède en 1982 à Riantec.

La mise en œuvre de l'exposition rassemblant 70 toiles avait été confiée par la ville aux galeristes Jean-Michel et Françoise Gloux, montée grâce aussi à l'aide de la galerie Ernest de Pont-Aven et de collectonneurs privés.
Yvon Le Floc'h Ouest-France du lundi 2 juillet 2001
Après avoir restauré bénévolement 15 toile du peintre, Dauchot a publié en 1952 un article sur Meyer de Haan en Bretagne. Autres articles consacrés à Emile Jourdan en 1943 et au "Christ jaune" de Gauguin.

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page