Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Paul Eschbach 1881-1961


Thoniers sous voiles


Lumière sur l'avant port


Départs au près


Le soir,soleil couchant


Printemps


Ruisseau et neige


Paysage enneigé


Marché en Bretagne

       

Bateaux sur l'eau, des couleurs plein les voiles

Heureux les anciens concarnois qui ont eu le loisir d'admirer le spectacle en technicolor des thoniers et sardiniers sous voiles dans l'avant-port. Comme eux des centaines de peintres y furent captivés sinon captifs, entre les deux guerre, Paul Esbach entre tous.

Dans un article de la Bretagne Touristique des années 20, relatant l'exposition de ce peintre à la galerie Mignon-Massart de Nantes, un critique écrivait dans un style aujourd'hui obsolète : " Tous les peintres vont à Concarneau comme les mahométans à la Mecque, autour de ce décor moyenâgeux de la Ville Close, où le thon robuste et l'élégante sardine viennent ajouter l'argent et le bleu de leur parure au miroitement de l'activité ambiante." Spécialisé dans la peinture de marines, Eschbach était très apprécié des amateurs de la région du nord de la France, surpris et charmés par le goût des pêcheurs bretons pour les couleurs vives de leurs bateaux. Le peintre, exploitant les lumières particulières de la Cornouaille, choississait les instants de la journée où les couleurs étaient au maximum de leur intensité. Eschbach exposait régulièrement à Roubaix, Douai, Mulhouse et Nantes. Il est né à Paris en 1881 et a suivi une formation classique : élève de J-P.Laurent et de O.Dewinter ; exposition au Salon en 1903, portraitiste avant de devenir paysagiste de marines l'été et de campagnes enneigées l'hiver. Son sujet favori : les thoniers évoluant dans l'avant port ou au repos au bout de la digue. Point de subtiles harmonies mais des couleurs franches et vives posées habilement par larges touches. Autre aspect de son œuvre, les campagnes printannières avec chaumières typiques aux couleurs assez agressives. Il exploitait aussi les effets des soleils sur les neiges-pastels. Gare aux chromos mais le solide métier évite les catastrophes. Paul Eschbach, qui présida le Salon de peinture de l'Union artistique des amis de Concarneau, connut une certaine renommée à cette époque charnière de la "démocratisation touristique". S'il a multiplié les séries commerciales, il laisse aujourd'hui une œuvre " enlevée " aux couleurs éclatantes. Pour reprendre le chroniqueur de la Bretagne Touristique : "Le citadin sera heureux d'accrocher cet échantillonage de la vie maritime. Le petit rectangle de toile est alors, vraiment, de l'art décoratif idéal" (sic).
Yvon Le Floc'h, Paul Eschbach à la galerie Henry Depoid, Ouest-France le 19 juillet 1988

Boats on the water, sails full of colors

very happy old " concarnois " which had the leisure to admire the spectacle in Technicolor of the tuna boats and sardine boats under veils in the outer harbour. Like them hundreds of painters were captivated there if not captive, between the two war, Paul Esbach between all.

In an article of "Bretagne Touristique" of the Twenties, reporting the exposure of this painter to the gallery " Mignon-Massart" of Nantes, a critique wrote in a style today obsolete : “All the painters go to Concarneau like the mahométans in Mecque, around this middle aged decoration of the Closed City, where the tuna robust and the elegant sardine come to add the money and the blue of their ornament to the gleaming of the ambient activity“. Specialized in the painting of marines, Eschbach was very appreciated amateurs of the area of the north of France, surprised and charmed by the taste of the Breton fishermen for the colors sharp of their boats. The painter, exploiting the particular lights of Cornwall, select the moments of the day when the colors were to the maximum of their intensity. Eschbach exposed regularly in Roubaix, Douai, Mulhouse and Nantes. It was born in Paris in 1881 and followed a traditional formation: raise of J-P.Laurent and Oh.Dewinter ; exposure to " Le Salon " in 1903, portraitist before becoming landscape designer of marines the summer and snow-covered campaigns the winter. Its favorite subject: tuna boats evolving in the port or at rest at the end of the dyke. Not subtle harmonies but clear colors and sharp posed skilfully by broad keys. Another aspect of its work, campaigns in spring with typical thatched cottages with the colors enough aggressive. It exploited also the effects of the suns on the snow-pastels. Risk with the chromos but the solid trade avoids the catastrophes. Paul Eschbach, who chaired the "Art gallery of the artistic Union of the friends of Concarneau", knew a certain fame with this transition period of “tourist democratization”. If it multiplied the commercial series, it leaves today a work “ removed ” with the bright colors. To take again the chronicler of Tourist Brittany : “The townsman will be happy to hang this sampling of the maritime life. The small rectangle of fabric is then, really, of ideal decorative art” (sic).
Yvon Le Floc'h: Paul Eschbach at the gallery Henry Depoid, Ouest-France on July 19, 1988

 

Portrait de l'auteur des DVD

Haut de page
Haut de page