Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

L'industrie hôtelière à Concarneau à l'époque des peintres

A la fin du XIXè l'accueil des touristes aisés devient une véritable industrie. De nombreux hôtels s'ouvrent et s'adaptent pour recevoir les peintres. Le Grand Hôtel propose même une chambre noire pour les photographes amateurs. Le grand Hôtel de Cornouaille offre un splendide parc ombragé de 20000 m2 et ses trois tennis, " la ferme bretonne où l'on goûte avec toutes les spécialités de pâtisseries bretonnes ". L'hôtel de France, tenu par Yves Le Bris, met en valeur son service " d'omnibus à tous les trains, les voitures pour les excursions, le garage et sa fosse pour automobile ". Comme l'Hôtel des Voyageurs sur la place d'Armes, L'hôtel du Commerce sur la Grande Rue, est tenu par Mme Plouzennec; Il accueille de nombreux peintres français et étrangers résidents où de Passage. Le peintre Charles Fromuth y sera fidèle durant plus de trente ans. L'atlantic hôtel, construit face au laboratoire maritime pour son fils Emile par le peintre mareyeur ostréiculteur Théophile Deyrolle, " offre une vue superbe sur toute la baie " dit la publicité dans le guide touristique édité en 1914 : " 50 chambres ayant vue sur mer, prix modérés depuis 3 francs, vaste salle à manger ouvrant sur la mer, cuisine très soignée, déjeuner 3 francs, diner 3F50, café-terrasse ". Le succès est tel qu'en 1909 Deyrolle fait construire une annexe : Le rez-de-chaussée pour les voitures à cheval, et les premières automobiles, les étages pour les chambres et, ce qui est recherché à cette époque, un atelier de peintre offrant une vue directe sur le port. Fernand Le Gout-Gérard, Kouznetzoff, Achille Granchi-Taylor,  Sydney Lough Thompson entre autres en seront les heureux locataires.

Sans conteste l'hôtellerie a joué un grand rôle dans la notoriété de Concarneau. La clientèle a bien changée. On ne vient plus en villégiature avec cocher et nourrice. La découverte d'une Bretagne pittoresque, décrite par les écrivains, gravée dans les ouvrages avait provoqué un vaste mouvement de curiosité. Le flot se perpétue mais les peintres ont disparu, les ports de plaisance d'aujourd'hui ne font plus recette.            
Yvon Le Floc'h - Ouest-France du 5 août 1999 - Le siècle d'or de l'hôtellerie concarnoise.
Autre hôtel décoré par Broquet Léon :
l'hôtel restaurant TY Chupen Gwenn

 


" l'Atlantic Hôtel "

 


" l'Annexe de l'Atlantic Hôtel "

 


" l'Hôtel de France "

 


" l'Hôtel Le Clinche futur Grand Hôtel "

 


" l'Hôtel des Voyageurs "

 


" l'Hôtel de Cornouailles "

 


" l'Hôtel du Commerce "


Le restaurant " chez Armande" (cliquez)

 

Portrait de l'auteur des DVD

Haut de page
Haut de page