Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Jean Deyrolle 1911-1967


Parc à huîtres du Moros


Enfants aux aiguillettes


Chemin montant


La coupe de cristal


Lauze, 1953


Eflez, 1958


Léandre, 1963


Oswald 1966


Concarneau 1938


Catalogue art Moderne


Jean Deyrolle à Gordes


Galerie Denise René

" Abstrait par fidélité à lui-même "

La ville de Concarneau ne possédait pas d'œuvre de Jean Deyrolle. L'acquisition au printemps de " Heand " et la donation de " la coupe de cristal " par Camille et Albert Corcos nous valent cette belle exposition montée par Georges Richar, l'exécuteur testamentaire de l'artiste et Françoise Gloux sa nièce.
Itinéraire exemplaire que celui de Jean Deyrolle. Il le mènera avec une exigence sans faille de la peinture figurative conventionnelle à la pure abstraction. Son père, Etienne Deyrolle, médecin militaire, est le fils de Théophile (1844-1923), l'autre Deyrolle, initiateur avec Alfred Guillou du groupe pictural concarnois. Jean est le seul peintre de notre ville à avoir acquis une notoriété internationale. Bien que cette consécration soit née sous d'autres cieux, Concarneau peut, à juste titre, s'en flatter. C'est dans le quartier de la digue où Jean vécu plus de quinze ans que s'est formé l'humus, même si la maturation a donné ses plus beaux fruits à Paris et à Gordes, dans le Lubéron.

Nécessité intérieure
Le choix de la présentation d'une quarantaine d'œuvres dont 6 tapisseries se veut significatif de cette dualité. Concarneau et Gordes, après un passage capital dans l'atelier de Sérusier à Chateauneuf-du-Faou. Georges Richar (auteur du catalogue raisonné de "l 'œuvre peint ") indiquait quelques clés : " Pour entrer dans cette peinture, il faut commencer par l'aimer. Si une seule œuvre vous touche, il ne faudra pas hésiter à revenir plusieurs fois pour l'approfondir, selon la lumière du moment, selon votre humeur..." . Certes ce monde de l'abstraction peut être difficile, mais pénétrer dans ces espaces où la géométrie esthétique conduit à l'équilibre spirituel c'est renouer avec ce que l'art a d'universel. De Théophile Deyrolle, le grand-père, témoin du genre réaliste parfois pompier, à Jean, la peinture a été portée sans perdre ses racines de l'anecdotique à la peinture pure par " nécessité intérieure ". Yvon Le Floc'h, le 7 août 1993 à propos de l'exposition à la chapelle de la Trinité en Ville-Close.

Quelques uns des très nombreux livres et catalogues consacrés à Jean Deyrolle.
- Deyrolle catalogue raisonné œuvre peint 1944-1967 - Georges Richar-Rivier Editions, cercle d'art.
- Jean Deyrolle figuration et abstraction - Association Campredon Art et culture, octobre 1991 Gordes.
- Deyrolle. Musée des Jacobins Morlaix été 1987 - Peintures figuratives. Peintures abstraites.
- Deyrolle l'œuvre gravé par Georges Richar - février 1976 Edition "les Amis de Jean Deyrolle".
- Jean Deyrolle georges Richar - Editions Porte du Sud / Galarté octobre 1987.
- Jean Deyrolle - œuvres sur papier - Musée des Beaux-Arts de Rennes - octobre décembre 1984.
- Deyrolle à Gordes - Deyrolle Léon Degand et Georges Richar Le Musée de poche 1974
- Deyrolle et quelques amis, galerie Gloux 1984 - Deyrolle au Musée d'art moderne de la ville de Paris 1975
- http://deyrolle.ifrance.com/

 

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page