Page précédente
Retour

Jeannine Guillou par Nicolas de Staël, dessin au fusain

Jeannine dira en 1945 dans une lettre adressée à Olga, sœur de Nicolas : " Il est plus grand - plus fort - plus beau... que tous les autres et la puissance spirituelle en lui dépasse tout cela (...) Il y a huit ans que nous nous sommes rencontrés au Maroc et depuis nous ne nous sommes quittés que durant les huit mois de guerre au bout desquels je suis tombée très gravement malade, J'étais avec lui en Algérie, en Itale... puis à Paris. Je ne savais rien de ses possibilités d'esprit et de travail. Il se cherchait en se donnant au magnétisme des musées, et ne faisait pas grand chose. Nous vivions si pauvrement alors (et si heureux !) qu'il n'osait vous parler de moi dans ses lettres ".
Extraits " La route des peintres en Cornouaille " par Anne de Staël et Antoine Tudal.