Retour

Bretagne et celtisme

Au cœur des préocupations du jeune peintre en recherche de sa personnalité, un travail permanent sur le motif, le portrait, et l'étude documentaire selon les préceptes de son professeur Mathurin Méheut. Il réalise de très nombreuses œuvres, huiles, gouaches, aquarelles et dessins à la pierre noire peints ou croqués d'Ouessant aux iles du Morbihan. l' influence du monde celte, découvert en particulier à Gavrinis, le marque profondément. Le graphisme incrusté dans la roche impose sa force et son mystère. Fervent lecteur de Jean Markale, le jeune peintre a trouvé dans ses écrits consacrés au celtisme son propre univers imaginaire, poétique et lyrique. " C'est un breton qui a bien senti l'âme de son pays et a compris, sous son écorce rude la poésie et la grandeur... la réalité, pour lui, écrit Len dans le compte rendu de l'exposition à la galerie Mourgue en 1958, la réalité se présente sous des lignes de forces qui servent de support à la couleur ". Cette manière de structurer ses œuvres avec force restera gravée tout au long de sa carrière.