Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Charles Fromuth 1858-1937

Tuning Boat
Tuning Boat 1927

After the snow
"The harbor after a Snow Storm"

Filets 1925
1925

Tryptique 1931
Triptyque 1931

Chaloupes
Chaloupes

Blue nets
Blue nets

Fusain 1930
Fusain 1930

A l'atelier 1930
A l'atelier 1930

Le roi des bateaux

" Le mouvement est l'idée maîtresse de mon oeuvre " écrivait Charls Fromuth. Formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Philadelphie sous la conduite de Thomas Eakins, il arrive à Paris en 1890. Huit mois plus tard, il est à Concarneau qu'il ne quittera plus. Il y trouve, sous une lumière exceptionnelle, le spectacle vivant du port sardinier d'alors et une pension pas chère à l'Hôtel de France. A l'occasion de l'Exposition internationale de 1900, il découvre Hokusaï et l'art japonais. La vision perspective et l'expression gestuelle de cet art marquent définitivement sa propre manière. Jusqu'en 1910 Fromuth expose en Europe et obtient médailles et titres divers à Paris, Munich, Londres, aux USA, à Saint-Louis et puis, après 1910, il n'expose plus. Comme un ermite au bout du monde, solitaire et orgueilleux, il se consacre à son art du pastel, à ses barques fuyant sous voile.

" Ce que je trouve le plus beau : un port encombré sous un ciel chargé le soir. La sensation la plus agréable : l'interpréter. Le plaisir le plus grand : le contempler plus tard et en retrouver la beauté, les sensations renouvelées plus fortes encore. Je considère mes pastels comme de véritables odes au climat breton. Quel fond j'ai trouvé ! La Ville Close un petit village entouré de fortifications, racontant des siècles passés, couvert de lichens, de mousse bien en place dans chaque crevasse... Je ne me fatigue jamais de l'étudier comme fond pour mon sujet, il me semble impérissable."

Ses amis et acheteurs seront les peintres et les artistes, tel Rodin en 1901 qui fit spécialement le déplacement en compagnie de Fritz Taulow, alors peintre célèbre. Homme très méticuleux, Charles Fromuth appose son cachet, contresigne et date ses oeuvres, la dernière porte le numéro 1337. Les ventes occasionnelles et la pension que lui verse son frère américain lui suffisent. Sans doute trop " modernes " à son époque, ses pastels n'étaient pas appréciés par le grand public qui n'avait d'ailleurs pas l'occasion de les voir. Aujourd'hui, son écriture gestuelle très contemporaine, la richesse de sa palette de pastels qu'il fabriquait lui-même, en font l'un des peintres les plus cotés grâce aux expositions dans les galeries concarnoises, la Galerie Gloux, la galerie Depoid et aux Hôtels des ventes de Brest, Douarnenez et Quimper. Une partie de ses pastels est encore aux Etats-Unis. Voilà un artiste qui a consacré une vie entière, presque dans l'anonymat, à peindre la mer et les bateaux, quasiment sujet unique de ses préoccupations, mais avec quelle ferveur et quelle sincérité !

 

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page