Peintres de Concarneau

France Retour à l'index

Sydney Lough Thompson 1877-1973


Scène de marché 1920


Lake Grasmere 1947

Saint-Jeannet
Saint-Jeannet

Thompson
DVD de 52 mn
cliquer sur l'image pour accéder à un extrait

Scène de marché
Scène de marché 1913


Chevaux sur la digue


portrait en japonaise

Le Jardin au Lin 1913
Le Jardin au Lin 1913

le pont du canal à Grasse 1927
le pont du canal à Grasse 1927

Emmy Leuze-Hirschfeld 1917
Emmy Leuze-Hirschfeld 1917

Un peintre de l'émotion sur le motif

Le peintre néo-zélandais, Sydney Lough Thompson a noué une véritable histoire d'amour avec sa ville bretonne d'adoption. Arrivé en 1902, il y décède en 1973 au terme de 37 années de fidélité. Sa passion de la lumière et de la couleur étaient les aliments de son art. Villes et villages de la Provence intérieure où il séjournait durant la saison d'hiver lui ont également offert d'admirables sujets. Sa vie de peintre s'est ainsi partagée pour moitié entre son pays natal et la France.
Peintre de Concarneau entre tous, par la qualité de son regard et la belle harmonie de sa palette, Thompson a capté sur le motif, à l'émotion pure, le peuple de marins qu'il a connu à la grande époque de la pêche à la voile, sardiniers et thoniers. "Pour les peintres, écrit son épouse, Concarneau fournit des motifs variés d'une rare beauté. Les thoniers peints aux couleurs claires, à grandes voiles blanches, bleus ciel, rouges, jaunes, le tout harmonisé par l'air de la mer et par le soleil, lèvent leurs tangons gracieusement comme les antennes d'un insecte. Ensuite il y a les sardiniers aux coques noires, aux voiles brunes, avec leur filets bleus flottant dans la brise et puis les maquereautiers. L'eau reflète tout cela... Au fond, la ville close, surmontée par la flèche de son église, est entourée de remparts construits et fortifiés par Vauban. Au premier plan, les marins sur le quai portent des costumes bleus ou rouge déteints par le lavage et empiécés de morceaux neufs. Les charrettes à deux chevaux attendent l'arrivée du poisson pour les transporter à l!usine. Les femmes acheteuses au bout de la digue crient aux bateaux rentrant au port le prix offert par leur usine. Elles sont toutes habillées de noir avec chemisette col et coiffe blanche brodées à la main, empesée, et le col gaufré avec de la paille." Dans cet extrait imagé et coloré, c'est toute une partie de l'oeuvre de son mari qui transparaît…
L'oeuvre du peintre est très importante. Plus de 2000 peintures sont dispersées dans le monde entier en grande partie en Nouvelle-Zélande.

Thompson, peintre de la lumière - vidéo.

Venus à Concarneau des quatre coins du monde, dès la fin du 19ème siècle, les peintres ont eu le coup de foudre pour ce village de pêcheurs et ses chaloupes sardinières évoluant au pied des remparts de la Ville Close. Comme le néo-Zélandais Sydney Thompson, arrivé en 1902, certains s'y sont installés à demeure. Son oeuvre, l'une des plus appréciées aujourd'hui, est peu visible tant les collectionneurs se disputent les toiles. Avec patience et persévérance, aidée par son amie Mimi Tallec, la fille du peintre, Annette Thompson a entrepris de répertorier l'ensemble des peintures de son père, décédé en 1973 à l'âge de 96 ans. Exécutées directement sur le motif, ces toiles et aquarelles représentent un ensemble important et sont dispersées dans le monde entier. A ce jour, quelques 1700 d'entre elles ont été répertoriées. Plus de 500 concernent le port de Concarneau. Sydney Lough Thompson a vécu plus d'une trentaine d'années dans notre ville, ses 3 enfants y sont nés. Il est l'un des fleurons de ce qu'il est convenu d'appeler " Le groupe de Concarneau ". Sensible à la luminosité de la baie, il a su rendre toute la subtilité de ses effets sur les paysages et les hommes avec une liberté de touche et une palette somptueuse. Si la partie concernant Concarneau est connue, celle réalisée dans les Alpes Maritimes, à Tourette-sur-Loup et Saint-Jeannet, ainsi qu'en Nouvelle-Zélande reste à découvrir pour ses nombreux admirateurs. Madame Thompson a bien voulu me confier ses archives. C'est avec enthousiasme que je me suis lancé dans la réalisation de cette vidéo de 52 minutes avec la participation de ceux qui ont connu le peintre. Madame Thompson a accepté d'y raconter quelques souvenirs. C'était aussi, pour moi, une occasion unique de conserver la mémoire encore vivante de ce qui fut une époque exceptionnelle pour notre ville.

Le peintre néo-zélandais, Sydney Lough Thompson a noué une véritable histoire d'amour avec sa ville bretonne d'adoption. Arrivé en 1902, il y décède en 1973 au terme de 37 années de fidélité. La lumière et la couleur étaient les aliments de son art. Villes et villages de la Provence intérieure où il séjournait durant la saison d'hiver lui ont également offert d'admirables sujets. Sa vie de peintre s'est ainsi partagée pour moitié entre son pays natal et la France. Peintre de Concarneau entre tous, par la qualité de son regard et la belle harmonie de sa palette, Thompson a capté sur le motif, à l'émotion pure, le peuple de marins qu'il a connu à la grande époque de la pêche à la voile, sardiniers et thoniers.

"Pour les peintres, écrit son épouse, Concarneau fournit des motifs variés d'une rare beauté. Les thoniers peints aux couleurs claires, à grandes voiles blanches, bleus ciel, rouges, jaunes, le tout harmonisé par l'air de la mer et par le soleil, lèvent leurs tangons gracieusement comme les antennes d'un insecte. Ensuite il y a les sardiniers aux coques noires, aux voiles brunes, avec leur filets bleus flottant dans la brise et puis les maquereautiers. L'eau reflète tout cela... Au fond, la ville close, surmontée par la flèche de son église, est entourée de remparts construits et fortifiés par Vauban. Au premier plan, les marins sur le quai portent des costumes bleus ou rouges déteints par le lavage et empiécés de morceaux neufs. Les charrettes à deux chevaux attendent l'arrivée du poisson pour les transporter à l'usine. Les femmes acheteuses au bout de la digue crient aux bateaux rentrant au port le prix offert par leur usine. Elles sont toutes habillées de noir avec chemisette col et coiffe blanche brodées à la main, empesées, et le col gaufré avec de la paille. " Dans cet extrait imagé et coloré, c'est toute une partie de l'oeuvre de son mari qui transparaît…

L'oeuvre du peintre est très importante. Plus de 2000 peintures sont dispersées dans le monde entier en grande partie en Nouvelle-Zélande.
Du même auteur, 2 vidéos :
Concarneau et ses peintres une belle histoire d'Amour - Jean Le Merdy, peintre, poète du quotidien.

Contacter l'auteur

Haut de page
Haut de page